À propos de la prise de Palmyre par les troupes de Bachar al Assad

Le Cisyld de Lyon (Comité d’Information pour une Syrie Libre et Démocratique) membre du Collectif unitaire Lyon 69 de soutien à la révolution populaire syrienne, avec Solidaires, l’UJFP, le NPA, Ensemble ! (Front de Gauche) et l’Insurgé, nous communique :

À propos de la prise de Palmyre par les troupes de Bachar al Assad :

une opération de propagande au service d’un régime criminel

Durant les derniers jours de mars, les médias ont annoncé, et bien souvent salué, la reprise de la ville de Palmyre par les « armées » de Bachar al-Assad.D

Ce fut présenté souvent comme un succès de la « civilisation » contre la barbarie.

Ainsi Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU, a déclaré  être « heureux »  de la reprise de Palmyre, se félicitant que le gouvernement syrien puisse désormais « préserver et de protéger » le site antique.

Ainsi le Figaro titre sur la « libération » de Palmyre et l’Humanité  sur le  fait que Palmyre  aurait été « libérée de Daesh », expliquant que la ville avait été « sauvée de la destruction totale ».

Il nous faut donc rappeler que, en mai  2015, la ville de Palmyre a été livrée sans combat à Daesh, l’armée de Bachar s’étant retirée en laissant les arsenaux pleins d’armes (livrées juste auparavant). Aucune aviation n’intercepta alors les convois de Daesh qui purent traverser sereinement le désert environnant.

Il nous faut rappeler que si l’occupation de la ville par Daesh fut une souffrance épouvantable pour la population, l’occupation antérieure par l’armée d’al Assad fut pire encore : les médias, à juste titre, ont signalé qu’un charnier rassemblant quarante deux victimes de Daesh a été mis à jour, mais se sont tus sur les massacres perpétrés par le régime (dont un millier de morts dans la sinistre prison de la ville).

De même, si les destructions d’œuvres d’art par Daesh sont une perte majeure pour le peuple syrien et pour l’humanité, le pillage d’œuvres et les destructions massives sur le site antique quand celui-ci était occupé par l’armée de al Assad ne peuvent être oubliés.

Enfin, il faut préciser que la reprise de cette ville ne fut possible que grâce aux alliés du régime syrien, la Russie de Poutine, l’Iran et le Hezbollah.

Si nous sommes obligés de rappeler ces faits élémentaires, c’est parce que nous sommes confrontés, en France, à une entreprise sans vergogne de propagande en faveur du régime syrien, visant à faire croire que ce régime  serait un moindre mal que Daesh, et que l’on pourrait s’allier avec al-Assad pour combattre Daesh. Cette entreprise est relayée en France par des élus, des partis et différents médias. Certains s’imaginent peut être que, ce faisant, ils défendraient mieux les « intérêts français ». Mais il faut dire aussi que les services de la propagande syrienne les « incitent » également à agir dans ce sens.

C’est ainsi que, au moment où les troupes du régime pénétraient dans Palmyre, une délégation française rencontrait Bachar al Assad, leur voyage étant financé par une émanation  du régime syrien, l’association ’“Al Karma”( la “vigne” ) dirigée par Hala Chaoui.  Dans cette délégation d’une trentaine de  membres figuraient le très réactionnaire député Thierry Mariani, quatre autres députés du PR de Sarkozy, et des « personnalités » diverses dont Julien Rochedy, un dirigeant de l’extrême droite heureux de faire un selfie avec Bachar,  le « chercheur » Fabrice Balanche, et Pierre Barbancey, journaliste de  L’Humanité.

L’agissement de ces personnes doit être qualifié de collusion avec l’un des pires dictateurs de la planète.

À l’inverse, nous affirmons avec le peuple syrien insurgé contre la dictature : on ne peut en finir avec Daesh en préservant le boucher et son régime au pouvoir à Damas.

Le 8 avril 2016

Publicités

A propos aplutsoc

Arguments Pour la Lutte Sociale - Ce bulletin, ou circulaire, est rédigé par des militants pour qui le siècle commencé est gravement menacé par le capital, et pour qui la révolution prolétarienne, prise en main de leur destinée collective par les exploités et les opprimés eux-mêmes, est plus que jamais à l’ordre du jour. Il a pour but de fournir des arguments, des éléments politiques, des propositions d’action et matière à débat à toutes celles et tous ceux qui veulent ouvrir, en France et au niveau international, une issue politique aux luttes sociales qui ne cessent pas.
Cet article a été publié dans Guerre, Moyen-Orient. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s