Où va « la Sociale » ?

La « Sociale » est le site de Denis Collin, professeur de philosophie, et de Jacques Cotta, documentariste. Il nous est arrivé d’y collaborer. Depuis ce printemps, après avoir beaucoup critiqué J.L. Mélenchon, les animateurs de ce site en sont devenus des thuriféraires de plus en plus exaltés et ont rompu avec la recherche de la discussion démocratique avec quiconque n’est pas d’accord avec eux.

La pire expression de cette dérive, de la part de Denis Collin, a été la tentative de retirer du net la vidéo d’une conférence de notre camarade Vincent Présumey sur la révolution allemande tenue à l’Université populaire d’Evreux alors qu’elle dépassait les 2000 vues. Qui ne fait pas sa prière pour Jean-Luc doit être puni, et Rosa Luxemburg et Paul Lévi avec lui !

Depuis, Denis Collin pond.

Il pond, pour en nourrir la France insoumise, la notion de « stratégie théologico-politique de l’islam » (article du 21 août), maintenant envisagé par lui comme une essence globale, menaçant « les sociétés libérales pluralistes qui sont les nôtres », sans plus le différencier de l’islamisme.

Il pond un argumentaire pseudo-philosophique pour étayer le culte du Chef, et là, qu’il soit permis de rire :

« Nous aimerions pouvoir nous passer de chef. Mais dans la situation présente, alors que l’éducation politique est à refaire, alors que les bonnes habitudes de la discipline militante se sont évaporées et qu’on doit reconstruire tout, dans l’urgence, sur un champ de ruines, on est contraint de soutenir un prince au sens de Machiavel, un prince « virtuoso », apte à fédérer les énergies et à donner un coup d’arrêt à l’invasion des barbares. »

J.L Mélenchon serait le prince de Machiavel qui va nous délivrer des « barbares » ! Ce qui s’appelle prostituer Machiavel, authentique républicain lui, dont la pensée achevée sur ce sujet n’est pas dans le Prince, mais dans les Discorsi.

Notons bien le « raisonnement » : l’éducation politique est à refaire, donc il nous faut un Chef, un vrai. Voila qui s’appelle une démission, un renoncement, une désertion : au lieu de combattre pour l’émancipation des travailleurs par eux-mêmes, par la conscience, la culture, la lutte et l’organisation, on choisit, par mépris pour ces travailleurs et pour les générations présentes, de les vouer à un « chef ». Remarquons ce que cela implique pour les « insoumis » : D. Collin les tient pour des imbéciles, mais il faut pour lui faire avec. Place au Chef, donc – pardon, au Prince virtuoso !

Mais au fait, qui sont ces barbares dont le Chef doit nous délivrer, qu’il convient donc d’expulser ?

A la lecture de la prose immédiatement antérieure de D. Collin, on peut penser que ce sont les musulmans …

Ou alors les Allemands ? Les Américains ? Les musulmans emmenés chez nous par les Allemands et par les Américains ?

On attend avec une curiosité attristée la suite des élucubrations de D. Collin sur la pente, il faut bien le dire, de la barbarie.

En attendant, il désigne déjà des cibles à la haine « insoumise », malgré son mépris perceptible pour ces « insoumis » à qui il faut bien se résoudre, tant « l’éducation politique est à refaire », de donner un Chef, et de leur désigner des boucs émissaires, ceux qu’il faut censurer et réprimer :

« Il y a des groupuscules et des petits groupes qui depuis des mois passent le plus clair de leur temps à dénoncer les initiatives de la France Insoumise. Le POID renoue avec le sectarisme obtus et son principal dirigeant, Gluckstein, ne manque jamais de glisser une tirade anti-FI dans ses éditos. Parmi les pires, un certain Présumey, qu’on avait connu mieux inspiré, se déchaîne contre Mélenchon avec une hargne digne des staliniens d’antan. On pourrait parler des éclopés du PCF et du NPA qui ne supportent pas de s’être complètement trompés et d’avoir été marginalisés par la dernière séquence politique et dénoncent la « volonté d’hégémonie » de Mélenchon. Tous ces pieds écrasés finissent par nous fatiguer. »

Hé oui, vous avez bien lu : de tous les ennemis du Prince, entre le POID, le PCF et le NPA, V. Présumey est « le pire » !

Cette escalade s’explique : la lutte des classes réelle ne se conforme absolument pas aux affirmations fantasmées de notre penseur de service. Les militants lutte de classe, qui avaient autre chose à faire que de préparer le 23 septembre, ont battu Mailly le 12 septembre (les partisans du 23 septembre l’ont, eux, protégé…), et ils ont amorcé la grève illimitée des Transports.

D. Collin doit donc renier toute pratique de débat argumenté et renouer avec les méthodes staliniennes de dénonciation et de censure, rompant avec l’humanisme philosophique dont il se targue. Bien obligé pour s’auto-convaincre que tous ces bruits gênants viennent de « pieds écrasés », alors qu’ils viennent du mouvement réel des classes en lutte …

Il est, dans ce contexte, doublement comique de le voir soudain s’offusquer de ce que « L’annonce du ralliement de Benoit Hamon à la manifestation du 23 a provoqué sur les posteurs Facebook de la FI quelques réactions d’un incroyable sectarisme, certains proposant, ni plus ni moins, d’empêcher Hamon de manifester. »

S’efforçant de défendre les intérêts tactiques de son petit Principe virtuoso (il est si nécessaire de se faire bien voir pour revenir en cour ?), D. Collin feint de découvrir la violence des « insoumis de Facebook » ces gens sans éducation à ses yeux, à qui il faut un Chef ! Mieux vaut en rire …

Sur ses traces, commence à arriver aussi Jacques Cotta. Celui-ci a publié une sorte de dénonciation : « le PCF, le POID et le NPA » sont mus par l’hostilité à la FI et à J.L. Mélenchon. Leur méchant « sectarisme » vise à empêcher rien de moins que la révolution, qui par le biais du 23 septembre menace la V° République. Qu’on se le dise : même la grève des fonctionnaires le 10 octobre pourrait avoir parti lié avec la campagne de la « presse aux ordres de l’oligarchie » contre la France insoumise !

Encore un petit effort, Jacques Cotta : apprends de ton camarade Denis Collin qu’en guise de révolution, il s’agit non d’en finir avec la V° République, mais de mettre au pouvoir un Chef, un vrai, virtuoso, un authentique César Borgia du tonnerre de Dieu, et qu’alors ce pouvoir personnel nous débarrassera des « barbares » : musulmans, oligarchie cosmopolite, PCF, POID, NPA, « Présumey » … Ah, quel bonheur d’avoir enfin un Chef, un vrai !

Voila ce que, en un semestre, l’adhésion tardive mais d’autant plus fanatique à la « France insoumise », a fait d’un groupe d’intellectuels d’un certain âge et d’un certain passé. Comme aurait dit Georges Sorel (après Renan), ces gens là pourraient bien avoir raté leur réforme intellectuelle et morale …

17-09-2017.

Publicités

A propos aplutsoc

Arguments Pour la Lutte Sociale - Ce bulletin, ou circulaire, est rédigé par des militants pour qui le siècle commencé est gravement menacé par le capital, et pour qui la révolution prolétarienne, prise en main de leur destinée collective par les exploités et les opprimés eux-mêmes, est plus que jamais à l’ordre du jour. Il a pour but de fournir des arguments, des éléments politiques, des propositions d’action et matière à débat à toutes celles et tous ceux qui veulent ouvrir, en France et au niveau international, une issue politique aux luttes sociales qui ne cessent pas.
Cet article a été publié dans France, Mouvement ouvrier. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.