Quelques remarques sur l’interview de Julia Salazar

Le système des primaires aux États-Unis n’est pas comparable à ce que l’on appelle « primaires » en France, et où que ce soit en Europe d’ailleurs. Depuis plus d’un siècle, il a fonctionné comme une remarquable machine à intégrer et associer des millions de citoyens s’imaginant ainsi prendre part au pouvoir, pour accoucher invariablement de candidats de Wall Street, de part et d’autre entre « Républicains » et « Démocrates ». En raison de la crise structurelle du capitalisme en général et de l’impérialisme nord-américain en particulier, ce système a implosé en 2016. Des candidats non contrôlés par l’establishment ont gagné les primaires. Côté républicains, ce fut Trump, non contrôlé mais lui-même grand capitaliste, donc c’est passé. Coté démocrates, ce fut Sanders, probable vainqueur réel au vu des fraudes et empêchements de vote massifs à New York et en Californie notamment, mais il a évité l’affrontement jusqu’au bout. Du coup, H. Clinton a fait élire Trump.

Contre Trump, dans une société en ébullition, l’implosion des primaires continue. On peut le dire maintenant : la brèche ouverte par Sanders ouvre maintenant les vannes à la victoire de plusieurs candidats ouvertement socialistes aux primaires démocrates et en mesure de gagner les élections dans les États. Ce sont généralement des candidates, jeunes et ayant souvent des parents immigrés, portoricains ou latinos. Elles sont membres des Democratic Socialists of America, le « PS » américain historique, qui est passé de quelques milliers à des dizaines de milliers d’adhérents et a quitté, notons-le, l’Internationale dite socialiste.

Ce phénomène avait commencé en Pennsylvanie notamment, à Pittsburgh et Allentown. Mais avec Alexandria Ocasio-Cortez il a provoqué un choc national : elle a déboulonné un baron démocrate par le déplacement massif des habitants pauvres du Bronx et de Queens à New York. Quoi qu’en dise Nancy Pelosi et quoi que hurlent les trumpistes affolés par le rouge, elle a soudain donné un visage à l’alternative à Trump, Sanders étant d’ailleurs âgé. Julia Salazar arrive après elle, visant la primaire de Brooklyn Nord.

Si vous lisez son interview, vous verrez qu’elle est non seulement issue de la classe ouvrière, mais que c’est une authentique militante lutte de classe, formée à l’action directe par une grève des loyers, et pour qui le plus important, ce sont les grèves.

Et elle affirme que le but est une « politique socialiste indépendante » et qu’on ne « redressera » pas le Parti démocrate. Elle ajoute même qu’il faut construire un « mouvement » maintenant, sinon on restera « réformiste », ce qui pour elle semble synonyme de « progressiste », c’est-à-dire acceptant le capitalisme, par opposition à ce qu’elle affirme comme son « socialisme », qui, lui, met en cause le capitalisme.

Mais elle affirme en même temps que la méthode, dans beaucoup d’endroits (pas forcément partout), consistant à investir les primaires démocrates est la plus efficace pour aller dans ce sens dans l’immédiat.

Traditionnellement, beaucoup de courants politiques dans le monde, chez nous et aux États-Unis, considèrent qu’il faut justement sortir du soutien au parti démocrate et affirmer la nécessité d’un parti ouvrier indépendant aux États-Unis. Il convient de réfléchir à la position pragmatique de Julia Salazar et, sans aucun doute, de milliers de militantes et de militants comme elle.

Remarquons que le parti démocrate n’est pas un parti au sens européen, mais une institution (de la bourgeoisie capitaliste), et qu’on peut souvent s’y présenter sans adhésion formelle. Le parti ouvrier indépendant, qui aurait pu émerger vers 1937 (rooseveltiens et staliniens l’ont empêché) et encore vers 1946, lors de la grande vague de grèves de l’après-guerre, n’est toujours pas là, et avec la crise du système nous avons eu ce phénomène d’implosion des primaires, qui continue.

Il n’est pas venu tout seul, car Sanders ne sort pas de nulle part, mais bien de l’histoire du mouvement ouvrier et du socialisme étatsunien. Les dirigeants « ouvriers » adversaires traditionnels d’un parti ouvrier indépendant ont aussi été les adversaires les plus efficaces de Sanders dans les primaires démocrates, soutenant Clinton, à savoir les dirigeants syndicaux AFL-CIO.

La position de Julia Salazar parait tout à fait légitime et efficace : la brèche est ouverte, il faut l’élargir, partout où c’est possible – et manifestement cela l’est, pas n’importe où : à New York ! – il faut utiliser les primaires démocrates pour faire élire des socialistes démocratiques indépendants chaque mot compte. Ce qui ne signifie pas soutenir le parti démocrate et appeler à voter partout pour lui !

Cette souplesse requiert dialectiquement la plus grande fermeté. Il faut une conscience claire de l’objectif : un mouvement de masse aujourd’hui, démocratique et indépendant du parti démocrate, mais s’appuyant sur ses primaires pour les conquérir partout où c’est possible, pour préparer un parti de la majorité, réellement démocratique, parce qu’étant un parti de la classe ouvrière. Et construire tout de suite ce mouvement pour stopper Trump sur tous les fronts et le chasser.

L’organisation d’une « avant-garde », c’est-à-dire de militants librement associés, formés et déterminés sur les objectifs finaux, et la plus grande souplesse tactique dans un combat démocratique de masse, ne sont pas des qualités opposées, mais au contraire ce sont des données complémentaires : le succès dépend de leur combinaison.

10-07-2018.

Publicités

A propos aplutsoc

Arguments Pour la Lutte Sociale - Ce bulletin, ou circulaire, est rédigé par des militants pour qui le siècle commencé est gravement menacé par le capital, et pour qui la révolution prolétarienne, prise en main de leur destinée collective par les exploités et les opprimés eux-mêmes, est plus que jamais à l’ordre du jour. Il a pour but de fournir des arguments, des éléments politiques, des propositions d’action et matière à débat à toutes celles et tous ceux qui veulent ouvrir, en France et au niveau international, une issue politique aux luttes sociales qui ne cessent pas.
Cet article a été publié dans Mouvement ouvrier, USA. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.