Iran ! Révolution ! Solidarité ! ( MILITANT – Supplément du 21 juin 2009 )

Iran ! Révolution ! Solidarité !

Le samedi 20 juin 2009 restera comme une journée historique, qui n’est pas finie et dont on ignore le dénouement à l’heure où sont écrite ces lignes.

La veille, le véritable chef non élu de la « République islamique » d’Iran, Ali Khamenei, a déclaré la guerre au peuple, traitant d’agents de l’étranger, de l’Amérique et d’Israël la majorité des Iraniens. A l’interdiction déjà en vigueur des manifestations, qui ne suffit plus, s’est ajoutée la menace ouverte de la violence de masse : celle des nervis de l’appareil d’État et celle des bandes lumpens de voleurs et de violeurs, les fameux Bassidjis.

En réponse à cette déclaration de guerre, la classe ouvrière en tant que telle a commencé à réagir sur son terrain et avec ses méthodes : la grève, l’auto-organisation, aidée, nous n’en doutons pas, par les militants formés à l’école de la révolution iranienne de 1979, syndicalistes, révolutionnaires de diverses tendances, communistes hekmatistes, fedayins. Les ouvriers d’Iran Khodro (industrie automobile), le syndicat des chauffeurs de bus Vahed de l’agglomération de Téhéran, réunis en assemblées générales, ont dénoncé Khamenei, appelé à la résistance, organisé des débrayages à intervalles réguliers, ce qui signifie qu’ils se disposent à lutter, préparent leurs forces, et s’organisent.

Dans la nuit qui a suivi, Téhéran et les villes du pays ont vu, pendant que les bandes de Bassidjis cherchaient à semer le désordre et à traquer les isolés dans les rues, le peuple s’exprimer aux fenêtres, sur les toits et les balcons par des concerts de casseroles et le cri régulier de « Allah Akbar », dont il faut bien comprendre que, dans la conscience collective, il signifie que le peuple renoue avec la révolution de 1979 contre le chah.

Un militant ouvrier iranien (du PCOI) publie d’ailleurs sur le site http://iranenlutte.wordpress.com/ une évocation de la journée du même 20 juin 1981, quand la République islamique lança la grande campagne de répression contre les acteurs de la révolution de 1979, kidnappant des dizaines de milliers de militants pour les faire disparaître dans ses caves. Ce camarade écrit : « En mémoire à ces précieuses vies perdues, nous promettons de finir le travail : de renverser la barbare République islamique d’Iran. »

Oui, c’est ce langage qu’il faut parler, c’est là le seul langage des révolutionnaires, des communistes, des socialistes, des militants ouvriers !

Pas d’états d’âmes sur les manoeuvres américaines : le plus surpris et gêné par la situation est Obama. Jamais la terreur islamiste n’a été un barrage contre l’impérialisme protégeant les travailleurs et les peuples, au contraire. Ne soyons pas comme Chavez : soyons dans le camp de la classe ouvrière !

Il y a 6 ans au lieu que ce soit les peuples, c’était l’armée US qui renversait Saddam Hussein en Irak et les conséquences en furent tragiques. La victoire des masses iraniennes sur la République islamique serait le plus grand des encouragements à la résistance anti-impérialiste des peuples d’Irak et d’Afghanistan comme aux combats de libération nationale du peuple palestinien et du peuple kurde.

Bien au delà, ce serait l’ouverture d’une nouvelle période, à l’échelle mondiale : celle de l’intervention directe des peuples, des exploités, des opprimés, pour maîtriser leur destinée contre le capitalisme en crise !

Voila pourquoi cette révolution est NOTRE révolution.

En ce 20 juin 2009, donc, Moussavi, les autres opposants officiels, l’ensemble des organisations en Iran et dans la diaspora qui se situent sur le terrain d’une transition pacifique sauvant le régime islamique et donc l’État bourgeois en accord avec l’impérialisme, ont appelé à ne pas manifester.

Ce sont les organisations ouvrières, étudiantes, communistes et révolutionnaires qui ont appelé. Les médias ici n’ont relayé que l’appel des premiers (sans nous dire, y compris sur TF1 et Antenne 2, que les images de manifestations et d’affrontements qu’ils diffusent proviennent généralement des blogs et sites des seconds ! ).

Les masses dans leur corps et dans leur conscience, jeunes et vieux, se protégeant et coude à coude, ont décidé de manifester, sachant le danger, en mémoire des morts, de ceux de 1979, ceux du 20 juin 1981, ceux des guerres inutiles, ceux de ces derniers jours, pour la liberté, pour la démocratie, pour la vie, mus par la force collective de la conscience qui monte.

Ils y sont allés, et ils ont remporté, malgré les coups, les morts volés à la vie par les pelotons de motocyclistes bassidjis, une grande victoire politique : contre Khamenei, contre tout l’ordre mondial, il y a eu, interdite, décrétée même inexistante par les médias occidentaux avant qu’ils ne doivent se rendre à l’évidence, il y a eu la manifestation, le rassemblement au grand jour des opprimés, et des opprimées, contre les oppresseurs, sur la place publique, à visage découvert, les portables brandis pour filmer, s’afficher tous puisque maintenant on ne peut plus, on ne doit plus se cacher, et que l’on va se battre.

L’expérience de 1979 revit, mais ce n’est pas la répétition, c’est la suite, ce n’est pas un remake, c’est un nouveau film qui commence, l’humanité soufflant sa propre forge. Alors, Moussavi est sorti de sa cachette et les médias ici annoncent qu’il « poursuit le combat », exige toujours le recompte des votes quand ce sont des élections totalement libres dont l’exigence est à l’ordre du jour, et appelle à la grève générale alors que celle-ci a commencé et que la question que se posent, nous n’en doutons pas, les groupes de combattants à l’université, dans les quartiers, dans les usines, est celle des armes. Dés mercredi, des militaires cherchant à distribuer des armes au peuple ont été exécutés.

D’autres viendront pour les venger.

  • Grève générale pour s’organiser et s’armer !
  • Mort à la République islamique !
  • Solidarité internationale avec la révolution iranienne !
Publicités